Les mises à jour de Google

Sommaire
  1. Lutter contre le spamdexing
  2. Gagner en pertinence
  3. Répondre aux évolutions des comportements

L’algorithme de Google n’a jamais cessé d’évoluer depuis le lancement du moteur de recherche en 1998. Les updates poursuivent trois grands objectifs complémentaires.

  1. Lutter contre les pratiques de spamdexing et éviter ainsi que la qualité des résultats ne soit dégradée par des pratiques frauduleuses de la part de référenceurs peu scrupuleux.
  2. Améliorer la pertinence des résultats en tirant parti des nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle et le deep learning.
  3. Répondre aux nouvelles attentes des internautes en proposant par exemple des résultats géolocalisés, en traitant les recherches vocales, en mettant en avant des vidéos, etc.

Les mises à jour les plus connues possèdent leur propre nom. Certaines ont impacté durablement la visibilité de certains sites et changé les méthodes de travail des référenceurs.

En tenant compte des objectifs poursuivis par les ingénieurs qui programment ces updates, vous pouvez proposer un site évolutif, capable de supporter les futures mises à jour de Google.

Les mises à jour qui luttent contre le spamdexing

Les moteurs de recherche sont devenus un levier essentiel dans la stratégie de visibilité en ligne de nombreuses marques. S’imposer parmi les premiers résultats sur Google, sur des expressions pertinentes, c’est l’assurance de capter une audience qualifiée et génératrice de conversions. La tentation est grande, pour les référenceurs, de s’imposer en tête des positions, quelles que soient les méthodes employées.

Pour maintenir un haut niveau de qualité, les moteurs de recherche ont déployé des mises à jour destinées à lutter contre les pratiques de spamdexing. La lutte s’est accentuée au début des années 2010.

  • Cassandra (2003) : cette mise à jour a été l’une des premières à se focaliser sur les tentatives de manipulation de l’algorithme. Elle s’attaque notamment aux liens entre domaines qui partagent le même propriétaires, au contenu caché et aux liens cachés.
  • Attribution Update (2011) : l’objectif de cette mise à jour est de limiter la visibilité des sites qui scrapent (ou aspirent) des contenus qui ne leur appartiennent pas. Cette mise à jour, qui a affecté 2% des requêtes, préfigure l’arrivée de Google Panda quelques mois plus tard.
  • Google Panda (2011) : le filtre Google Panda est destiné à sanctionner les sites qui envoient des signaux de faible qualité. Il s’attaque tout particulièrement aux contenus pauvres, trop courts, suroptimisés ou non pertinents. Le filtre est aujourd’hui totalement intégré à l’algorithme, et fonctionne en temps réel.
  • Google Penguin (2012) : cette mise à jour s’attaque tout particulièrement aux techniques abusives autour du netlinking. Elle intègre aussi quelques éléments associés au contenu (keyword stuffing, liens sortants…). Elle a été pensée comme un filtre, et est depuis totalement intégrée à l’algorithme.
  • Payday Loan Update (2013) : la série de mises à jour Payday Loan se focalise sur des secteurs d’activités très concurrentiels, réputés pour accueillir des sites web qui ne respectent pas les bonnes pratiques SEO édictées par Google. Payday Loan fait référence à une pratique de prêt non garanti à court terme aux forts taux d’intérêt, qui pourrait être associée, en France au crédit renouvelable.

Les mises à jour qui améliorent la pertinence des résultats

De nombreux updates ont pour seule ambition d’améliorer la pertinence des résultats proposés par le moteur de recherche. Généralement discrètes pour l’utilisateur, ces mises à jour ont impacté plus particulièrement le coeur de l’algorithme.

  • Boston (février 2003) : le principal apport de l’une des premières mises à jour de Google est une amélioration sensible du processus d’indexation de nouveaux contenus. L’exploration et l’enrichissement de l’index est de plus en régulier, avec pour conséquence des résultats qui proposent des pages web plus récentes.
  • Caffeine (2010) : cette mise à jour majeure a permis une amélioration significative de la vitesse brute de l’algorithme de Google, et une accélération du processus d’exploration et d’indexation.
  • RankBrain (2015) : l’annonce officielle de l’arrivée de l’intelligence artificielle au coeur du premier moteur de recherche a été effectuée en 2015. Le machine learning doit notamment aider l’algorithme à faire face aux nouvelles requêtes tapées chaque jour par les internautes, et à mieux prendre en compte les intentions de recherche
  • BERT (2019) : ce processus de traitement naturel du langage doit améliorer l’analyse sémantique de Google. BERT est l’acronyme de Bidirectional Encoder Representations from Transformers.
  • Core updates : de nombreuses mises à jour du coeur de l’algorithme se sont succédé ces dernières années. L’une des plus connues est la “Medic” Core Update, ainsi nommée car elle a particulièrement impacté les sites YMYL (Your Money Your Life).

Les mises à jour qui répondent aux nouvelles attentes des internautes

Que de chemin parcouru depuis la première version de Google, lancée en 1998 ! Les comportements et les attentes évoluent, et les moteurs de recherche doivent répondre aux nouvelles habitudes d’utilisation, voire les anticiper. Google opère ainsi un glissement subtil mais réel d’un moteur de recherche à un moteur de réponse.

  • Recherche Universelle (2007) : de nouveaux résultats s’invitent en première page de Google. Selon les requêtes, des vidéos, des images, des résultats locaux, des actualités sont proposés aux internautes.
  • Knowledge Graph (2012) : pour certaines requêtes, des informations extraites de sources considérées comme fiables sont proposées directement aux internautes.
  • Hummingbird (2013) : cette mise à jour a notamment pour vocation de mieux comprendre les intentions de recherche et les requêtes conversationnelles, de plus en plus fréquentes avec le développement de la recherche vocale.
  • Mobile Update (2015) : surnommée Mobilegeddon, cette mise à jour a été annoncée en amont par Google. Elle est destinée à valoriser les sites web mobile-friendly sur la version du moteur pour les tablettes et smartphones. Elle a été suivi d’autres mises à jour du même type, dont Mobile-First qui fait de la version mobile la version de référence pour l’exploration et l’indexation d’un site web.
  • Featured Snippet (2017) : l’arrivée de la position Zéro est un pas de plus vers un moteur de réponse. Pour certaines requêtes, un élément de réponse extrait algorithmiquement d’une page web est directement proposé aux internautes.
Exemple de Position Zéro pour l’expression “Temps de visite Chambord”

Sélection d’outils SEO